Close
Article 12

Comment booster son diagnostic de performance énergétique (DPE) ?

Les déperditions de chaleur sont responsables d’une diminution du confort thermique au sein du domicile, ainsi que d’une perte d’efficacité des systèmes de chauffage et des installations productrices d’énergie.

Selon l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), il est possible de classer les endroits responsables de déperditions thermiques dans un logement :
– Jusqu’à 30% pour le toit.
– De 20 à 25% pour les murs.
– De 20 à 25% pour le renouvellement de l’air et fuites d’air dans l’habitation.
– De 10 à 15% pour les fenêtres.
– Jusqu’à 10% d’entre elles trouvent leur origine dans le sol.
– 10% pour les ponts thermiques (ce phénomène apparaît en présence d’interruptions dans l’isolation thermique ou d’interstices entre
des dalles de sol).

En termes de rénovation énergétique, certains travaux ou combinaisons de travaux sont plus rentables que d’autres. Isolation, chauffage, remplacement de fenêtres…
Des gains sur facture allant de 25% à près de 80%.

. 27% d’économie pour l’isolation des combles.
L’isolation des combles perdus coûte entre 2500 et 5000 euros selon l’Anah (Agence nationale de l’Habitat) et permet une économie annuelle entre 475 et 700 euros selon votre énergie de chauffage (gaz, fioul, électricité).

. 35% d’économie pour une combinaison de travaux :
double vitrage + chaudière à condensation.

. 50% d’économie pour une combinaison plus rentable :
isolation des combles + installation de chaudière à condensation.

Changer sa chaudière à énergie fossile, c’est-à-dire au fioul, au charbon ou à gaz peu performante pour une chaudière plus performante
à énergie renouvelable ouvre désormais droit à de multiples aides.

Ces aides regroupent la prime à la conversion qui correspond aux certificats d’économie d’énergie (CEE), les aides de l’Anah et le crédit d’impôt transition énergétique (CITE).
Le CITE 2020 s’adresse uniquement aux propriétaires réalisant des travaux d’économie d’énergie entre le 1er janvier et le 31 décembre 2020 pour leur habitation principale dont la construction a été achevée depuis 2 ans minimum.
Il est calculé selon un forfait par type de travaux sans pouvoir dépasser 75% de la dépense effectuée.

Le reste à charge peut par ailleurs être financé par un éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) en profitant du fait que depuis mars 2019,
le changement de chaudière est éligible même si le ménage ne réalise pas un bouquet de travaux.
Il s’adresse aux propriétaires de logements utilisés comme résidences principales et terminées depuis plus de deux ans, sans condition
de ressources. Le montant du prêt peut aller de 7000€ à 30000€ selon le type de travaux.
L’éco-PTZ est prolongé jusqu’au 31 décembre 2021.

PARTAGEZ

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email